Atout perm ?!

mardi 23 juin 2015

Atout perm ?! Quelle belle famille !

Adecco mise sur une activité commerciale intense pour « recoller au prisme », ce qui est bien difficile dans certaines régions. Un des atouts mis en avant : développer le recrutement en CDD CDI ??? Oui mais...comment ... ?
Parce qu'en parallèle, avec la création de SPRING, on nous annonce leur exclusivité de recrutement pour la plupart des métiers tertiaire ??? Là ou il y avait des possibilités de concrétiser pour adecco du placement...Ou est la cohérence ??? les recruteurs adecco sont pointés du doigt, peut être vont-ils être bientôt punis, car ils n'atteignent pas leur objectif ? mais forcément...comment est-ce possible alors que le business part à la concurrence interne ?? Là une fois encore, la CGT ayant mis le sujet, par family, à l'ordre du jour des CE et DP a probablement obtenu une victoire : en attirant l'attention sur le fait que les recruteurs adecco ont beau passer par family pour donner une affaire à expert, tout est perdu : 0 OD, 0 prime individuelle.

Mais désormais, avec SPRING, depuis janvier 2015 c'est possible. C'est une petite avancée dont nous nous sentons responsable, ce qui est déjà mieux que rien du tout. Mais la CGT va continuer a dénoncé cette méthode qui est sans cesse d'enlever le pain de la bouche d'adecco...

Quand les recrutements CDD/CDI ont été possibles, la direction a crée des consultants, d'abord attachés à l'agence, puis partant vers expert avec le portefeuille et le business. 2ème vague plus récente, idem avec à nouveau des consultants...aujourd'hui rattaché à SPRING...Et en même temps, on voit que chez Spring, les salariés ne sont pas plus heureux que ça, le turn over important en est le reflet...

Il est temps d'arrêter les dégâts des 2 côtés et de venir avec nous, la CGT, pour élever encore plus haut cette voix de la justice par vos prochains votes et adhésions.

Publié le mardi 23 juin 2015

Petites statistiques qui parle d'elles-mêmes

mercredi 17 juin 2015

Intérimaires, permanents, regardez comment les syndicats se préoccupent de vous !!!!

Nous, à la CGT on n'attend pas les élections professionnelles pour faire parler de nous, vous défendre au quotidien, notre travail nous le faisons tout au long de l'année...

Chaque mois, les délégués du personnel se réunissent avec la Direction et portent à leur connaissance vos réclamations. En 2014, sur le périmètre Ouest/Nord, 116 réclamations ont été portées à la Direction.

 

 

On dit toujours que l'on fait dire ce que l'on veut aux chiffres, mais pas toujours, la preuve.

Publié le mercredi 17 juin 2015

Droit à la formation intérimaire

mercredi 17 juin 2015

Droit à la formation pour les Intérimaires : le CPF (Compte Personnel de Formation) remplace le DIF (Droit Individuel à la Formation). 

A la CGT pendant des années nous avons lutté et réussi afin que les salariés intérimaires aient eux aussi droits au DIF.

Cependant, malgré que la loi fixait l'obligation à l'employeur d'indiquer au minimum une fois par an les droits acquis à tous les salariés, Adecco n'a jamais respecté cette règle. Et nous étions seuls, à la CGT à nous battre sur ce sujet.

Combien d'entre vous connaissent leurs droits au DIF ? Combien d'entre vous ont fait valoir leurs droits à la formation ? .... très peu.

Les salariés intérimaires ne sont pas des sous-employés. A contrario des autres syndicats, la CGT Adecco ne se pliera jamais à cette tendance.

Un nouvel accord fixe de nouveaux dispositifs de formation pour les salariés intérimaires, parmi eux le CPF (Compte Personnel de Formation) qui remplace le DIF (Droit Individuel à la Formation).

Le CPF a été créé afin que les salariés puissent bénéficier d'heures de formation tout au long de leur vie professionnelle, et ceci quel que soit le statut ; que vous soyez intérimaire, en CDD ou en CDI ou même demandeur d'emploi au moment où vous souhaitez vous former.

Les heures de DIF acquises et non utilisées au 31 Décembre 2014 doivent être inscrites par chaque salariés sur son CPF voir le site www.moncompteformation.gouv.fr. En tant qu'intérimaire c'est le FAF.TT qui est chargé de vous informer, et non votre entreprise, de vos anciens droits au DIF.
Il correspond à 30h de formation par tranche de 1800h de mission pour toutes agences intérim confondues sur une période comprise entre le 01/01/12 et 31/12/2014. Ceci devait être fait en avril 2015, mais si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à les contacter sinon vous perdrez vos droits acquis. Ensuite dès janvier 2016, votre compte formation sera alimenté automatiquement.

 


Compte personnel de formation - Mode d'emploi par MinistereTravailEmploi

Publié le mercredi 17 juin 2015

un bras droit en or

mercredi 17 juin 2015

Ca y est, le ou plutôt la 2ème CDD à 7 000 € est trouvé(e). Plus rien ne peut arrêter notre direction. Ce n'est pas faute de dénoncer cette folle dépense de près de 12 000 € (charges, ifm et cp compris) pour 1 personne pour 1 mois... L'heureuse élue a de quoi être heureuse : stage "découverte" de la direction, réunions et voyages en tout genre, avec 7000€ d'argent de poche ! Cela équivaut aux salaires additionnés de plus de 4 gestionnaires de compte pour 1 mois de dur labeur, ou encore à 4 mois de salaire d'un responsable recrutement qui peine pour atteindre ses objectifs ou 3 mois de salaire d'un chef d'agence avec les responsabilités qu'il a sur les épaules et les comptes à rendre...                                            Ne croyez-vous pas, comme nous à la CGT, que ce montant additionné à tous les autres liés au marketing, tout cela réuni aurait du légitimement revenir aux salariés qui font tourner l'entreprise...                                                                                                                           Alors plus de temps à perdre, rejoignez la CGT !

voir l'article du figaro sur le sujet

Publié le mercredi 17 juin 2015

Arrêts maladie intérimaire, délai de carence à la baisse

mardi 16 juin 2015

Depuis des années, nous, CGT revendiquons la fin du délai de carence pour l'indemnisation complémentaire des arrêts maladie et accidents de trajets. La détermination des élus CGT présents à REUNICA a fini par payer. 

Désormais, les nouveaux textes en application prévoient :

- la réduction du délai de carence en cas de maladie ou accident de trajet de 4 jours au lieu de 7. Dès le 5ème jour, vous commencez donc à être indemnisé.
- l'extension de couverture pendant une période équivalente à l'indemnité compensatrice de congés payés. (70H = 1 jour ouvré, le nombre d'heures s'appréciant contrat par contrat et pouvant être cumulées en cas d'enchaînement de contrats.)
- l'allongement à 30 jours du délai de prise en charge dans le cadre du Fonds de Solidarité Professionnelle, en cas de reconnaissance de maladie grave.

Nouvelle victoire de la CGT !

 

Publié le mardi 16 juin 2015

Mutuelle, comme quoi !

mardi 16 juin 2015

Nous avions communiqué, il y a quelques temps sur les difficultées structurelles du déséquilibre économique de la mutuelle et expliqué ( voir le courrier que nous avions envoyé à la Direction ) pourquoi nous ne cautionnerons pas un système ou une fois de plus l'entreprise s'exonérerait de sa responsabilité en refusant de participer à l'effort de retour à l'équilibre de la mutuelle en faisant supporter la totalité des sacrifices financiers sur les seul(e)(s) salarié(e)(s). En refusant donc d'etre présent aux commissions de suivi sur le sujet.

Et bien, comme quoi :
il semblerait que les revendications de la CGT ADECCO – participation de la Direction à l'effort financier- aient été entendues et peut être même satisfaites !!
Comme quoi :
la CGT ADECCO, elle, fait des propositions mesurables et réalistes ( puisque quasiment acceptées )
Comme quoi :
la CGT ADECCO, elle, est en mesure contrairement à l'idée répandue chez Adecco de proposer des solutions concrètes pour améliorer ou à minima maintenir les rares avantages concédés aux salarié(e)(s) permanent(e)(s).
Faites-nous donc remonter si vous les trouvez, une équivalence obtenue par nos chers camarades des autres organisations syndicales.
Comme quoi :
La CGT ADECCO, elle, sans se complaire dans la réunionite complaisante, par des revendications claires réalistes et légitimes obtient satisfaction.

Le choix de l'éfficacité c'est la CGT ADECCO
Le choix de la défense de vos droits c'est maintenant. C'est la CGT ADECCO.

Publié le mardi 16 juin 2015

Communiqué de la CGT

mardi 16 juin 2015

Déclaration commune Confédération – UD 78 – Union syndicale de l'Intérim
"Les travailleurs sans papiers à nouveau dans l'action avec la CGT


Des centaines de travailleurs sans papiers des Yvelines, avec la CGT, occupent depuis ce jour plusieurs entreprises de travail temporaire. Ils sont en lutte pour :
- L'ouverture de négociations avec les employeurs : ils doivent reconnaître le travail des salariés sans papiers et délivrer sans tergiverser les attestations de travail, de concordance (pour ceux qui travaillaient sous alias) et les contrats de travail (Cerfas), documents indispensables pour la régularisation des travailleurs.
- L'égalité des droits et l'amélioration de leurs conditions de travail : les intérimaires, avec 2 fois plus de risques subis que les salariés en CDI, payent le plus lourd tribut en accidents du travail graves et mortels. Et les intérimaires sans papiers, que leur situation administrative rend particulièrement vulnérable, sont encore plus privés de droits et surexploités !
- L'ouverture de discussions avec les Ministères du Travail et de l'Intérieur en vue de compléter et d'améliorer la circulaire de régularisation de novembre 2012.
En 2008 puis en 2009-2010, des centaines puis des milliers de travailleurs sans papiers s'étaient mis en grève dans diverses entreprises pour obtenir leur droit à la régularisation. Ce mouvement intersyndical et interassociatif, a alors permis un début de reconnaissance du travail de ces salariés et la conquête de critères nationaux de régularisation. Il a entraîné de nombreuses régularisations. La circulaire du 28 novembre 2012, malgré ses insuffisances, concrétisait ces avancées.
Mais 2ans et demi après, tout est loin d'être réglé.
-Les salariés intérimaires sans papiers continuent d'être discriminés : conditions plus rigoureuses que pour les salariés en CDI (ancienneté sur le territoire, promesses d'embauche), formulaires inadaptés, demandes extravagantes de CDI alors qu'ils travaillent dans l'intérim.
- La discussion avec les pouvoirs publics sur la sortie du travail « au noir » des travailleurs empêchés de cotiser par leur employeur, est au point mort.
- De nombreux anciens grévistes ne sont toujours pas régularisés malgré les engagements pris en début de quinquennat.
- Les autorités préfectorales continuent d'appliquer diversement la circulaire malgré les engagements d'harmonisation. Dans les Yvelines, le manque de personnel entraîne la détérioration des conditions de travail des agents et de l'accueil des étrangers, avec de nouveau des queues dès 2 ou 3h du matin et des délais de traitement des dossiers pouvant aller jusqu'à deux ou trois ans en préfecture sans explication !
Tout cela est inacceptable ! La CGT appelle à soutenir et à développer le mouvement engagé dans les Yvelines."
Montreuil le 10 juin 2015

Voir le communiqué officiel de la CGT

Publié le mardi 16 juin 2015

Nouveau tour de passe-passe

mardi 9 juin 2015

Adecco mise beaucoup sur les mesures gouvernementales pour augmenter son profit. C'est pas nouveau : FILLON, CICE,...et ça chiffre en millier/million d'euros pour l'entreprise. Cette année, la cotisation patronale d'allocation familiale est en baisse de 1,8 points et passe donc de 5,25% à 3,45%. Ce qui est un montant considérable à l'échelle nationale. Mais voyez-vous une différence sur les EDG ? Quel impact sur la rentabilité ? On nous l'a annoncé comme quelque chose de bénéfique, mais pour qui ? Car sur nos parts variables, il ne semblent pas y avoir le même impact...Mais c'est vrai qu'en parallèle, on apprend, par la presse, qu'adecco a pu versé 160 000 000 € aux actionnaires sur le 1er trimestre...

Publié le mardi 9 juin 2015

Pénibilité, les salariés intérimaires sont concernés

mardi 9 juin 2015

La « pénibilité » est cette nouvelle notion qui entre dans le code du travail pour évaluer l'âge de la retraite par métier.
L'article L4121.3.1 la définie comme « liée à l'effort, l'exposition aux bruits, aux diverses poussières, aux vibrations, à des toxiques, mais aussi à d'autres critères bien plus subjectifs. »
Parmi les autres facteurs de pénibilité que l'on peut évaluer, on trouvera : le travail en équipes, le travail de nuit, le travail sous cadences imposées, le port de charges lourdes, les contraintes articulaires et posturales, l'exposition aux toxiques, l'exposition à l'amiante, les risques psychosociaux...
Les salariés intérimaires, cassés par des conditions de travail souvent difficiles et dangereuses sont eux aussi exposé.
Un décret paru le 4 mars, impose aux entreprises utilisatrices l'obligation de transmettre à l'agence d'intérim les informations nécessaires à l'établissement de la fiche individuelle de prévention des expositions.
En effet, il incombe à la société d'intérim employant des travailleurs pour l'accomplissement de missions temporaires, d'établir les fiches de pénibilité (qui comptent notamment pour la retraite anticipée). Mais qu'en est-il à ce jour ?
Adecco ne semble pas prendre ses mesures...Alors qu'un récent décret prévoit que tout contrat signé à compter du 1er janvier 2015 portant sur la mise à disposition d'un travailleur, doit indiquer si le poste à pourvoir expose le travailleur intérimaire au-delà des seuils admis. De même, il doit faire l'objet d'une traçabilité au moyen de la fiche de prévention des expositions. Mais cette fiche existe t-elle ?

L'indication des facteurs de risques professionnels, auxquels le salarié temporaire sera exposé, est réalisée au vu des conditions habituelles de travail appréciées en moyenne sur l'année par l'entreprise utilisatrice, en ce qui concerne le poste occupé par l'intérimaire.

L'entreprise de travail temporaire est tenue de remettre au salarié la fiche de prévention des expositions au plus tard le 31 janvier de l'année suivant celle à laquelle elle se rapporte. Mais peut également être transmise au salarié avant cette date sur simple demande.

On apprend que ce décret ayant été prononcé tardivement, pour l'année 2015, l'entreprise utilisatrice peut transmettre les informations requises à Adecco par un autre support que le contrat de mise à disposition. Mais cette transmission devra intervenir au plus tard le 1er janvier 2016. VIGILANCE donc...
En parallèle, la CGT a exigé au patronat de l'intérim, l'ouverture immédiate de négociations afin que ce décret soit appliqué. L'amélioration durable des conditions de travail est une priorité et la reconnaissance de la pénibilité doit prendre en compte la « réparation ».
Rappelons que le patronat peut être responsable de l'espérance de vie réduite, de la non reconnaissance de l'amiante, de l'organisation de travail qui met des milliers de salariés en danger. Les objectifs de rentabilité pouvant nuire à nos conditions de travail.

Publié le mardi 9 juin 2015

Petit mensonge entre amis...?

mardi 9 juin 2015

Pour être attractif, qu'est-ce qu'adecco n'est pas prêt à faire ? Mais finalement, en y regardant bien, c'est peut être plus le reflet de la réalité...
Le réseau SPRING recrute à tours de bras...Pas étonnant vu les chiffres : les sorties sont plus nombreuses que les entrées. No comment. Sur l'Apec, c'est pas moins de 14 offres sur toutes les France au poste de « manager commercial ». Surprenant en effet, cette fonction n'existe pas et ne fait pas même partie de l'organigramme adecco et du coup spring...Alors c'est quoi ce poste ? Tout simplement, ce que nous appelons communément un D.A. = Directeur d'Agence. Serait-ce pour rendre l'offre plus attractive ? Probablement, en tout cas c'est ce que pense la « haute » direction. Le terme manager est plus dans le coup, ça fait plus « dynamique ».
Et en même temps, il est vrai que le salaire se rapproche plus de celui d'un manager que de celui d'un véritable directeur. Et quand on sait derrière les moyens qui sont donnés, cela ne relève pas franchement d'une direction comme on peut l'entendre. Finalement manager, ça sonne mieux !
La CGT Adecco accueille volontiers les salariés de SPRING, que nous savons aussi en souffrance.
La CGT accueille aussi les cadres qui peuvent aussi être en souffrance, lorsqu'ils n'adhèrent pas à la politique managériale d'adecco...

Publié le mardi 9 juin 2015

Régime santé pour les intérimaires

vendredi 5 juin 2015

Depuis hier, l'USI CGT diffuse son communiqué relatif à l'accord fixant les contours du régime de frais de santé des salariés intérimaires. Une première dans l'histoire de l'intérim. La CGT de l'intérim, dont fait partie la CGT Adecco, depuis toujours déterminée à se battre pour obtenir une garantie santé, a remporté une première victoire. Quand les accords sont favorables, la CGT sait aussi signer. Pour le moment, seule la CFTC ne signe pas. Cet accord, acte, grave dans le marbre quelques principes essentiels, il nous rapproche un peu plus de la sécurité sociale professionnelle :                                                                       - Les salariés intérimaires ont gagnés la portabilité effective et gratuite de leurs couverture complémentaire santé pour une durée de 7 mois en intermission, sans contrat de travail. (article 4 et suivants)                                                                                                                       - Si pendant cette période de portabilité ils retrouvent une mission même d'une journée,voir d'une heure, ils retrouvent l'intégralité de la portabilité sans avoir à repasser par la case ancienneté

- L'ancienneté, 413 heures de travail plus l'équivalent des 10% de CP pris en compte soit 455 heures est trop élevée, car de ce fait une partie des intérimaires ne bénéficieront pas du régime dès leur première missions, cependant l'ancienneté est calculée au niveau de la branche, sans aucune référence à l'entreprise, sans aucune autre obligation que celle d'avoir travaillé 413 heures dans le travail temporaire, ce qui est une avancée. Cette ancienneté sera calculé par l'organisme gestionnaire que nous désignerons partiellement et contrôleront via une commission paritaire du FASTT

- Les garanties de couverture sont à peu près celle de la garantie « Bronze » du FASTT-MUT aujourd'hui, c'est à dire mieux que celle du minimum légal, le coût pour le salarié sera inférieur d'environ 10€ par mois travaillé et de 25 € par mois en intermission.

- Le FASTT est chargé de mettre en place un système de « sur-complémentairetaire » volontaire, optionnel, permettant d'assurer la totalité de la famille avec des aides financières basées sur des critères sociaux

- Un fonds de solidarité est crée, ce fonds sera géré paritairement.

 

Cet accord est un premier pas, il fixe les « contours » du régime. Nous devons à présent désigner le gestionnaire du régime par accord et appel d'offre. Nous devons recommander les assureurs. Nous devons organiser le rôle du FASTT, créer les outils de contrôle etc.

Nous devons aussi continuer à peser syndicalement pour étendre cette portabilité conventionnel de qualité que nous avons gagné, au régime de prévoyance de branche. Faire cesser le scandale de l'application des conditions du droit commun de la portabilité aux salariés intérimaires, application inique qui conduit à l'exclusion de toute possibilité de portabilité pour plus de 90 % des intérimaires.

Nous devons aussi négocier un régime complémentaire de branche pour les salariés permanents qui n'en bénéficie pas dans leurs entreprises.

Encore une victoire à célébrer pour la CGT !!

communiqué de l'USI CGT

Publié le vendredi 5 juin 2015

Le pompon !

vendredi 5 juin 2015

Elus CGT au CE Ouest/Nord, nous n'en croyons pas nos oreilles ! La direction, fut amenée sur le terrain de la rémunération, par la question sur les difficultés à recruter pour adecco même...Et là accrochez-vous... la direction explique que les recrutements se passent plutôt mieux que ce qu'on laisse entendre. Notamment, avec les mesures prises comme : le « package » rémunération pour les nouveaux embauchés qui est plutôt attractif.
Quoi?
Oui un package qui se cale sur les rémunérations du marché – cf enquête Hay – Alors que les salariés adecco, qui ont 5, 10, 20, 25 ans (même plus pour les plus courageux) d'ancienneté stagnent depuis des années et sont bien en dessous de la médiane – cf cette même enquête HAY – Et le pire...la direction apporte cette réponse, sans être gênée. Elle répond simplement à la question posée.
Il est vraiment grand temps de réagir, nous avons besoin de vous pour être plus forts. Nous avons besoin de votre appui et poids pour mener de bonnes négociations, question salaire tout se jour au moment des NAO, en fin d'année. Ce sera aussi, probablement, la période des élections professionnelles, il vous faudra voter en masse pour dire stop à tout cela. Il vous faudra aussi et surtout faire le bon choix, celui de ceux qui ont véritablement à cœur de se bouger pour vous, LA CGT !!

Publié le vendredi 5 juin 2015

PARTICIPATION DELOCALISEE

vendredi 5 juin 2015

ADECCO DÉLOCALISE SES BÉNÉFICES ET LA PARTICIPATION DE SES SALARIÉS AVEC
Faute de pouvoir délocaliser les emplois, la direction d'ADECCO France a trouvé la combine : en payant une redevance de marque surévaluée à la maison mère, elle délocalise en Suisse depuis des années ses bénéfices et la participation que ses salariés auraient dû toucher.
 Un code de conduite : c'est ce qu'affiche le leader mondial de l'intérim sur son site internet. En dix langues, et avec le sourire, le patron d'Adecco, dont le siège social est à Glattbrug, au Nord de Zurich, rappelle que « Respecter les règles éthiques et de droit est une condition du succès du groupe ». Et que « chacun d'entre nous se doit de les appliquer ». Belle vitrine, mais la réalité sur ces points est bien différente...comme en ce qui concerne le respect des règles fiscales...

Depuis des années, la CGT ADECCO dénonce le procédé. Pour ne pas payer l'impôt sur les bénéfices, ni la participation à ses salariés, les petits futés de la direction financière d'ADECCO France surévaluaient la redevance de marque payée à la maison mère en Suisse.
Ces versements étaient de près de 82 millions d'euros en 2012, de plus de 90 millions en 2011, de 82 millions en 2010, et de près de 100 millions par an entre 2006 et 2010. Sur le principe, le virement est légal, puisqu'il se fait au titre de la « redevance de marque »: en clair, la filiale française paie des royalties pour pouvoir utiliser le nom et la notoriété d'ADECCO. À ce titre, depuis 2006, elle transfère entre 2% et 4% de son chiffre d'affaires annuel au siège suisse. Le problème, c'est que ce pourcentage, pour la Direction des Vérifications Nationales et Internationales (DVNI, services fiscaux de Bercy), est totalement surévalué, en regard des contreparties et services qu'amène la maison mère à sa filiale française. Cette astuce comptable augmente mécaniquement les charges comptables et diminue artificiellement le bénéfice et, du même coup, les impôts.
La CGT ADECCO avait considéré à l'époque cette opération financière comme un transfert illégal de bénéfices, en clair comme une manœuvre d'évasion fiscale. Elle avait bien raison. Après une longue procédure, l'Administration fiscale française vient de réajuster le bénéfice d'ADECCO France pour les années 2006 à 2010, et par conséquence de dégager une réserve de participation pour les salariés de près de 17 millions d'€.
Car cette astuce ne grève pas que les finances publiques françaises. Elle impacte aussi le pouvoir d'achat des salariés d'ADECCO France. Pour Hervé Martin, Délégué Syndical Central CGT d'ADECCO France : « C'est un problème moral. Adecco a arnaqué le fisc et les salariés. L'argent qu'ils n'ont pas reversé à l'état et aux salariés, même s'ils sont épinglés par le fisc au bout de 5 ans, leur a rapporté sur les marchés financiers. Et durant ces années, les salariés ne touchaient pas leur participation aux bénéfices. Une perte sèche pour les salariés qui bossaient à cette époque et qui ne sont plus aujourd'hui au tableau des effectifs, puisqu'ils ne toucheront rien. » Il est probable que le travail des services de Bercy ne s'arrête pas là et se prolonge pour 2011 et 2012. Et Hervé Martin d'ajouter : « De 2011 à 2014, il n'y a toujours pas eu de participation. ADECCO France, officiellement, ne gagnait pas d'argent, car les comptes de 2011 et 2012 étaient encore trop impactés par la redevance de marque. On suppose qu'il y aura là aussi un recalcul du bénéfice. Mais avec les appels et les procédures super longues, cela prendra des années, les salariés ne sont pas prêts de toucher leur participation. ».
En attendant, ADECCO France a provisionné 100 millions d'€ pour faire face aux redressements de la DVNI, une somme normalement difficile à bloquer pour une entreprise qui ne fait pas de bénéfices...Mais le CICE est passé par là, et Adecco France a touché plus de 180 millions d'euros, somme que la direction a aussitôt incorporée dans ses comptes pour restaurer le fond de roulement de l'entreprise. « Immoral » répète le syndicaliste CGT Hervé Martin, « la direction est épinglée pour une évasion fiscale et l'entreprise continue à recevoir des aides publiques, qui sont immédiatement siphonnées vers la Suisse. C'est ahurissant, quand on sait que la participation ne sera que de 100 à 250 € pour les salariés d'ADECCO France en 2015. »
Avec les cadeaux du gouvernement français, qui redonne instantanément l'argent que les fonctionnaires du fisc ont mis des années à récupérer, les actionnaires d'ADECCO peuvent dormir tranquilles dans leurs chalets suisses. En 2013 les dividendes versés ont augmenté de 11%. Mais la CGT Adecco entend bien continuer à mener les procédures et actions nécessaires pour rétablir les salariés dans leurs droits.

 

Publié le vendredi 5 juin 2015

Pourrait mieux faire

mercredi 3 juin 2015

Alors que le CE Est/Sud a abandonné l'opération « RENTREE SCOLAIRE », le CE Ouest/Nord la remet en route.

Au sein d'une même entreprise 2 CE, et surtout 2 CE qui ne sont pas en lien, ni en cohérence : 2 sites Internet différents, des prestations et prises en charges différentes...
La rentrée scolaire, c'est moyennement bien car cela instaure encore une différence entre salariés. Certains peuvent avoir 20 ou 25 d'ancienneté mais ont du fait, moins de droits que les plus jeunes...et oui il est rare qu'avec 25 ans d'ancienneté on ait encore des enfants scolarisés au collège !!
Malheureusement les élus CGT ne sont pas encore assez nombreux pour faire face à la coalition des 3 voire 4 autres syndicats qui proposent et votent entre eux, tout ce qu'il veulent et peuvent...des budgets mal répartis et de dépenses mal venues...Ah quand le pouvoir n'est pas entre de bonnes mains...Vous pourrez bientôt inverser la tendance et nous accorder votre confiance, dans votre intérêt...

Publié le mercredi 3 juin 2015

Belle carte de visite

mercredi 3 juin 2015

Des nouvelles du 1er CDD à 7 000 €...Adecco n'en donne pas directement mais nous, nous sommes « tombés » dessus par hasard dirons-nous...
Souvenez-vous de cette jeune Chaneze et bien pour l'info depuis octobre 2014, elle est Financial controller assistant eu sein de Euro Engineering & Modis, ça continue donc. Bravo à elle, et puis avec 7 000 € pour débuter la carrière ça aide...                                                       ...et nous salariés lambda d'adecco, on gagne combien déjà ?                                            Et puis, on apprend aussi que les candidatures pour la 2ème session sont bouclées et qu'un jury se réunit le 8 juin... Alors bien évidemment, comme l'annonce ce site, ce sera une fois de plus : "Une opportunité considérable pour un étudiant ou un jeune diplômé de faire partie intégrante du cercle de décision du Groupe en France ainsi que de profiter des nombreux avantages qu'offrent ce poste."                                                                                                ...et nous on profite de quel(s) avantage(s) ??

lien à consulter sur le sujet

Publié le mercredi 3 juin 2015

l'actu financière

mercredi 3 juin 2015

 

Un petit tour d'horizon sur les sites boursiers pour suivre l'actualité financière d'adecco qui révèle la santé du groupe...

Adecco : une émission obligatoire placée avec succès

 

Adecco émet un emprunt de 500 mio EUR, échénace 2022

 

500 millions d'euros d'obligations, une bagatelle à ce niveau là !

Publié le mercredi 3 juin 2015

les bizareries d'adecco

vendredi 29 mai 2015

Nous avons en effet eu vent d'un événement pour le peu bizarre...
ON SITE a été crée par Adecco pour contrecarrer la concurrence qui reste toujours n°1 en site hébergé : RICE (par Randstad). Le concept est de limiter les coûts de structure en étant hébergé par le client, l'entreprise utilisatrice, qui a au moins une soixantaine d'intérimaires. Cela permet plus de proximité avec les services RH et production, car le recruteur ON SITE est sur place = avantage pour le client. Et aussi de ne pas payer de loyer, de charges,... = avantage pour la structure d'adecco.
Mais nous apprenons qu'un ON SITE est en recherche de bureau car le client ne souhaite plus l'héberger ???? le comble pour ON SITE, qui apparemment garde le client mais se fait gentiment « mettre à la porte »...bizarre, bizarre...Les salariés de ON SITE doivent s'en étonner et ne pas s'en réjouir...La lueur de gain en rentabilité du fait d'être héberger devrait s'éteindre et ...les charges reprendre le dessus et par conséquent les parts variables s'amenuiser...

 

Vous êtes dans cette situation, et souhaitez être accompagné(s) ?Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. en toute confidentialité, bien entendu.

Publié le vendredi 29 mai 2015

Commerce, commerce...

vendredi 29 mai 2015

Adecco mise sur le commerce plus que tout !

 

Adecco est une entreprise de service, qui plus est RH. Et oui, même si cela ne se voit pas au quotidien, c'est pourtant le cas.
Parfois, il serait bien en effet de recadrer et le signaler à nos dirigeants...mais malheureusement, ils sont pressés par les actionnaires qui ne demandent que du résultat et pour un actionnaire, qui dit résultats dit €€€€€. (les €UROS plus forts que les RH...)
Force est de constater, il suffit de s'attarder sur l'enquête Great Place To Work, que le business prend en effet le dessus...
Vous, salariés permanents, avaient entendu parlé de « pricing dynamique », même si vous n'êtes pas commercial. Ce service existe depuis quelques années maintenant.
Les commerciaux n'étaient-ils pas capables de faire eux-même des propositions commerciales correctes ? Seraient-ils tenus pour responsables de la chute des marges ??

En tout cas, les marges s'effondrant, adecco a décidé de mettre en place une équipe de 4 salariés de plus pour « diriger » la politique de prix...4 salariés, donc 4 salaires de plus. Nous pouvons imaginer que ces salaires, domiciliés à Paris ou Lyon, ne sont pas ceux d'un attaché commercial...cela paraît évident...4 salaires chargés, peut facilement représenter entre 10 000 et 15 000 euros mensuel...cela n'aurait-il pas pu être injecter en augmentation du fixe des commerciaux ?? De plus cette « cellule » fait appel à un prestataire extérieur pour le système de dérogation (un coût supplémentaire qui s'ajoute aux 130 000/195 000€ annuels)...leurs calculettes seraient-elles en panne ?

La conjoncture n'étant pas facile et la concurrence très rude, les commerciaux sont montrés du doigt avec un objectif TAC démesuré et des salaires qui n'ont eux pas augmenté...alors comment être super motivé ?


Pour ces salariés aussi, la CGT dénonce des conditions de travail dégradées et s'indigne de voir les moyens (financiers) si mal répartis !

Commercial en souffrance apportez-nous votre témoignage, nous vous apporterons notre soutien.

Publié le vendredi 29 mai 2015

Information syndicale

jeudi 28 mai 2015

 Information syndicale...ou comment ne pas être dupe

Il y a quelques jours la majorité des salarié(e)(s) ont reçu à leur domicile l'information syndicale semestrielle de l'ensemble des organisations syndicales, représentatives ou non, présentes dans l'entreprise.
Et comme nous l'avions annoncé, les élections approchant, la lecture et les propos de ces communications deviennent de véritables morceaux de bravoure !!!
Nous passons par l'étincelle qui fait rappeler à certaines organisations syndicales l'existence des salarié(e)(s) intérimaires, pourtant totalement absents de leurs communications précédentes pendant ces 4 dernières années.                                     La grande séance d'amnésie collective pour trouver trace ou mention d'une action de lutte ou revendicative pour la défense des droits de l'ensemble des salariés. Et le grand fourre-tout des actions des comités d'établissement où l'on nous explique comment faire dans une imprécision remarquable (extrêmement pratique pour oublier les dérives de fonctionnement de ces très chers élu(e)(s) !).

 

Dans le détail nous avons :

CFDT - Le syndicat qui signe plus vite que son ombre, que ce soit avec un bic bleu ou noir.
99% des accords soumis à la signature, pendant cette mandature, portent la signature de la CFDT. Si pour vous tout va bien, salaires, conditions de travail, perspective d'évolution il faut continuer. La fréquentation assidue de la Direction produit son effet.

 

UNSA - Le syndicat non représentatif qui pour « doper » son audience reprend le marketing d'une célèbre marque de lessive des années 50.
Un cadeau surprise pour une voix. Après le cadeau bonux le vote bonux !! Cela en dit long sur la considération et le respect que cette organisation a pour les salarié(e)(s) et électeurs chez Adecco. Seul fait d'arme de cette organisation : avoir son responsable secrétaire du Comité Central d'Entreprise par erreur et avoir réussi l'exploit de déclencher un droit d'alerte des salariés de ce même CCE à son encontre.

 

CFE - CGC - Le seul syndicat catégoriel de l'entreprise, pour simplifier : des cadres qui défendent les cadres.
Pour rappel 330 voix aux dernières élections !!!! A noter : le dirigeant principal qui se signale par des positions politiques publiques à la droite de l'extrême droite et un concours actif au syndicat cité précédemment, dans une tournée géographique gastronomique forte onéreuse sous couvert de rencontre avec les salariés !!!!

 

SUD-SOLIDAIRES - syndicat non représentatif, une demi douzaine d'élus en comptant large.
Ils ont choisit comme mode d'action : la critique systématique. Cela dit c'est un excellent moyen de masquer une inaction réelle récurrente, sauf au niveau des remboursements des frais : palme d 'or (voir sur notre site).

 

CFTC - le retour. Le syndicat de la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens...
A la CGT, nous ne mélangeons pas syndicalisme et religion. La CFTC, si peu représentative, qu'elle avait quasiment disparu chez Adecco ! Pas d'élus CE, CCE, Délégués syndicaux, mais où sont ils ? Qui sont-ils ? Comment pourront-ils vous défendre ? Si vous en trouvez trace, n'hésitez pas à nous le signaler !!

 

Et enfin,

FO - syndicat fort mystérieux au demeurant puisqu'en 4 années de mandat, nous sommes bien en peine de vous indiquer une quelconque position ferme sur quelques sujets que se soient !!!
Aucun mot, ou si peu, de défense sur les salarié(e)(s) intérimaires, mais qui n'hésitera pas d'ici peu de temps à se positionner comme le chevalier blanc de la défense des intérimaires. L'opportunisme semblant être la règle de conduite générale au moment des élections professionnelles !!

 

Il est clair qu'avec un tel paysage syndical chez Adecco, nous comprenons la méfiance et le peu d'empressement des salarié(e)(s) à glisser un bulletin de vote dans l'enveloppe. Attention toutefois car le seul gagnant de la désaffection et de la méfiance envers les organisations syndicales c'est la Direction, ce sont les actionnaires ! Tout tranquillement ils déroulent leurs projets, détricotent jour après jours le code du travail, rabotent nos salaires et nous imposent des conditions de travail chaque jour plus dégradées.
Il existe pourtant un moyen de s'opposer, de résister et d'obtenir de nouveaux droits : le vote CGT. 

Ce n'est pas un hasard si des droits sont gagnés dans les entreprises où la CGT est majoritaire en voix et en siège dans les instances représentatives du personnel. C'est la seule solution.
Ce n'est pas un hasard non plus si chez Adecco, bien que la CGT soit la première organisation syndicale en voix, la coalition Direction / Syndicat non représentatif, catégoriel, confidentiel, réformiste s'organise sans souci pour faire barrage à la CGT.
Chacun y trouvant son intérêt, exister en cautionnant tous les coups portés à nos droits sous l'alibi d'avoir retardé l'échéance, exister et bien vivre ( sur les fonds des comités d'établissements ) en faisant l'appoint autour de la table.

 

Car la CGT, c'est un historique de luttes, de combats, de victoires.
Car la CGT c'est des valeurs, une solidarité, la défense de tous.
Une CGT forte c'est la certitude d'exister comme salarié(e) face à la Direction.
Donnez-vous la possibilité d'améliorer vos salaires, vos conditions de travail.
Dites stop à la dérive financière des comités d'établissements, aux experts surpayés, inopérants, aux notes de frais fastueuses des élu(e)(s).
Mettons ensemble en place de véritables actions sociales, solidaires, équitables, responsables.                                                     
 Votez CGT

 

Publié le jeudi 28 mai 2015

Bientôt plus de cinéma ?

jeudi 28 mai 2015

La dernière réunion du CE Est/Sud fut assez folklorique...


Déja, les élu(e)s CGT ont réussit à limiter la casse en faisant avorter la décision collégiale des membres de la coalition des autres syndicats, qui proposaient d'augmenter le prix des tickets cinéma. Du coup, c'était soit réduire le nombre de tickets par salarié, soit limiter les ayants droits par des critères plus élevés de présence, ce qui une nouvelle fois, auraient été néfaste pour certains salariés intérimaires. N'oublions que les intérimaires représentent 97% de la masse salariale, donc 97% des subventions du CE.


Il est vrai que les tickets cinema, ainsi que les chèques vacances sont les droits les plus demandes et en constante augmentation. Et justement, à la CGT, nous trouvons cela positif. De plus en plus de salariés bénéficient de leurs droits au CE, cela grâce à nos efforts. Cela ne doit pas rester des avantages confidentiels, réservés à une population de privilégiés. C'est bien le but du CE. Rappelons qu'historiquement, en FRANCE le CE a été crée par la CGT pour que la majorité des salariés puissent bénéficier des activités sociales et culturelles dans leurs entreprises. "Suivant les recommandations d'Albert Gazier, secrétaire de la CGT et rapporteur du projet ainsi que d'Ambroise Croizat, secrétaire de la fédération CGT de la métallurgie et président de la commission du travail, l'avant-projet est modifié par les membres de l'Assemblée en y ajoutant la plupart des attributions économiques et des moyens d'action qui font l'originalité aujourd'hui de l'instance."

Par répression, et pour aller à l'encontre des arguments de la CGT, la coalition des autres représentants des syndicats ont décidé de bloquer le budget des tickets de cinéma jusqu'à épuisement ce qui, en clair, favorisera les premières demandes.

A la CGT nous sommes en complète opposition sur ce choix. Pour nous, d'autres solutions sont possibles : comme favoriser les activités les plus demandées et diminuer celles les moins populaires. (les CESU par exemple ne sont pas très utilisés et le budget n'est jamais atteint).

Ou alors plus simplement, mais nous sommes les seuls à la CGT à réclamer et à nous battre : une augmentation des subventions de 0.1% à 0.3% par la direction adecco. Ce qui est tout à fait réalisable car obtenu, grâce à la CGT, chez nos principaux concurrents (Manpower et Ranstad). Nous nous sommes confrontés à l'indignation des autres syndicats chez Adecco sur ces revendications. Ceci nous laisse supposer que nous ne défendons certainement pas les mêmes intérêts...

Ferez-vous à nouveau confiance, en cette période d'élection à des syndicats et à leurs promesses qui n'ont jamais ou si peu abouties. La solution c'est de faire confiance à la CGT.
A la CGT notre unique intérêt c'est le vôtre.

Publié le jeudi 28 mai 2015

Les nouveaux ambassadeurs

mercredi 27 mai 2015

Adecco souhaite créer des "Ambassadeurs" parmi le personnel...
Ils seront chargés de faire le lien entre les salariés et la Direction. Sans doute pour une nouvelle interprétation du dialogue social...Leurs fonctions sont encore très ambiguës, soumis par aucun texte en vigueur. Elles seront sans doute régies par un règlement intérieur unilatéral...Les candidats seront eux, probablement choisis et désignés par la Direction, sans moyen, sans autonomie ni indépendance, enfin bref de vrais COLLABORATEURS de la Direction.                                          Nous rappelons les faits à tous, y compris à la Direction. Depuis leur création en 1945, les représentants du personnel, élus démocratiquement par les salariés, sont normalement indépendants et autonomes. Ils sont élus pour défendre les intérêts de tous les salariés et sont encadrés par une législation, issue du code du travail, pour exercer leurs fonctions.                     Avec ce dispositif, Adecco pourrait contourner facilement et légalement les prérogatives des représentants des salariés. Cela permettrait d'écarter à court terme les syndicats trop actifs dans la défense des droits des salariés et d'accélérer les reformes de la direction.

Tout cela, accompagnés de leurs légendaires syndicats complaisants. Nous pouvons même penser que certains profiteraient de l'aubaine pour assumer aussi la double fonction Représentants du personnel/Ambassadeurs. Ceux-ci seraient même capables, dans un futur très proche, au moment des élections professionnelles de se déclarer, comme par hasard, sur une liste d'Ambassadeurs. Ainsi la boucle serait bouclée. Elle est pas belle la vie chez Adecco ? Adecco qui ne manque pas d'imagination pour défendre les intérêts mais de qui ?? là est la vraie question ?

Salarié(e)s intérimaires, permanents ne soyez pas dupes de ces subterfuges. Vos droits sont en danger !!!! Réagissez au moment des prochaines élections professionnelles, votez et rejoignez la CGT, seule organisation à garantir vos droits et défendre vos intérêts.

Publié le mercredi 27 mai 2015

Nouveau système de rémunération "au budget"

vendredi 22 mai 2015

Proposé cette année de manière « optionnelle », ce nouveau calcul de part variable est régulièrement à l'ordre du jour des réunions d'instance...et pour cause, l'objectif est que pour 2016 tous les salariés adecco soit rémunérés sur ce principe et non plus sur la base du Pool.
Faire et défaire...
Le pool avait été présenté comme LE calcul merveilleux, équitable, simple et facile...Mais 2 ans plus tard, il est qualifié de trop complexe, avec trop d'exceptions,...
Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...
Ce qui dérange surtout, ne serait-ce pas le fait que de nombreux salariés, avertis, n'aient pas adhérer à ce principe ? Et arrive quand même à se dégager un peu de variable ?
De multiple raisons, ont été prétextes à de nouveaux avenants, avec remise sur le tapis du variable par POOL, une forme de chantage : si pas rémunéré en POOL, pas d'accompagnement...
Mais encore trop de réfractaires. Alors là, la nouvelle formule – comment les têtes pensantes, n'y ont -elles pas pensé plus tôt !!! ) est révolutionnaire : une rémunération au budget (comprendre « objectif », mais le choix du vocabulaire est d'importance) ! Il fallait y penser. Quoi de plus facile de fixer un budget et mettre la carotte au bout ? Les salariés veulent y croire encore...on fera le point en fin d'année. Cette fois donc l'avenant sera à durée indéterminé...bien évidemment
On ne change pas une équipe qui gagne...
Certains ont eu le choix cette année mais l'année prochaine, les derniers salariés, rémunérés sur CDHI, n'y couperont probablement pas....En tout cas, vous verrez que les calculs et diverses simulations abordées sont positives ! Attention, il est à noter qu'une agence ne pourra être en budget négatif une 2ème année, sinon quoi ? L'histoire ne le dit pas...

Publié le vendredi 22 mai 2015

Poste à pourvoir

vendredi 22 mai 2015

En règle générale, nous étions habitués à ce que les PDG d'ADECCO France, généralement en place pour un mandat initial de 5 ans quittent la société avant ce terme. L'Impossibilité de remplir l'objectif du contrat d'objectif initial étant une des principales raisons. Mais ne soyez pas trop inquiet, dans le monde merveilleux du capitalisme, le licenciement d'un haut cadre dirigeant n'existant pas il se trouve toujours une autre société prête à accueillir à bras ouverts ce même dirigeant. Pour exemple, notre ex PDG Mr François DAVY, transfuge de la Banque Postale missionné chez ADECCO pour TEAM 2012 ( qui s'en souvient encore ? ) et aujourd'hui à la tête de l'immobilière FONCIA. L'actualité fourmille de dizaine d'exemples similaires. Morale de l’histoire : rempart contre la crise soyez PDG ! Pour en revenir à ADECCO, une exception de taille, la promotion : en effet notre bientôt ex PDG Mr Alain DEHAZE va profiter de la douceur du climat helvétique à Zurich en prenant la direction de l'ensemble de la holding ADECCO ( Chief Executive Officer, en anglais dans le texte ! ). Belle opération : climat, salaire ( on se rappelle le stagiaire à 7.000 euros mensuel) et douceur fiscale. Donc si vous vous sentez en mesure de faire mieux que : la captation du CICE ( direction les coffres de Zurich ), exploser l'EBITA ( pour rassurer les actionnaires) et surfer sur un projet cosmétique comme le CDI intérimaire en oubliant les salarié(e)(s) Français...

 

Envoyez votre CV à ADECCO Glattbrugg Suisse

Publié le vendredi 22 mai 2015

motif de contrat

vendredi 22 mai 2015

Le CDD qui ne mentionne pas le nom du salarié remplacé est un CDI.                                                                                                                   Pour refuser de requalifier en contrat de travail à durée indéterminée le contrat de travail à durée déterminée d'une salariée, la Cour d'appel de Paris a retenu qu'il comporte l'indication précise de la qualification du conseiller senior remplacé durant les deux mois de son arrêt maladie.                                                                                         Pour la Cour de cassation, en se déterminant ainsi, sans rechercher, comme il le lui était demandé, si le nom du salarié remplacé figurait sur le contrat de travail, la Cour d'appel de Paris a privé sa décision de base légale au regard des articles L. 1242-12 et L. 1245-1 du code du travail                                                                                            Cass. Soc. 18 mars 2015 n° 13-25951

Publié le vendredi 22 mai 2015

Impôt : déclaration annuelle des salaires

mardi 19 mai 2015

Comme chaque année, à cette période, c'est le moment de remplir ou tout au moins de vérifier sa déclaration d'impôt sur le revenu. Et bien cette année, c'est le parcours du combattant pour certains intérimaires et la débrouille pour les permanents !!

Non suffisant de débloquer 160 millions de bénéfices nets aux actionnaires sur le premier trimestre 2015, Adecco a le soucis des économies (- de bout de chandelle ?! Mais à grande échelle, ça+ça = beaucoup de ça!) Et on sait combien ils sont gourmands, les mangeurs de chocolat !
Pour les permanents, c'est donc la débrouille : plus de feuille DADS, on nous indique gentiment par un mail que tout est dans le bulletin de salaire : allez chercher l'info vous-même ! Et au cas, vous n'auriez pas tout compris, on vous met même un exemple : c'est le net fiscal qu'on reporte, c'est vrai qu'adecco fait bien de le préciser, le montant est si petit qu'on a du mal à le voir.
Et attention au casse-tête pour ceux qui ont changé en cours d'année d'entité : il faut retrouver les différents bulletins de salaires et additionner !
Pour les intérimaires, le casse tête devient souvent un vrai parcours du combattant ! Avec les fusions d'agences, les contrats basculés à PME sur l'année 2014...la galère. Déjà les salariés intérimaires ne reçoivent pas l'info chez eux mais la feuille, qui subsiste encore pour eux cette année (on verra bien l'année prochaine) de DADS arrive en agence. Il faut donc se déplacer ou téléphoner aux horaires d'ouverture de l'agence. Et les montants...ne correspondent pas. Même certains permanents n'y comprennent rien dans les premières réclamations. Car maintenant qu'on connaît le truc, on sait qu'il y a des recherches et calculs à faire à la main !! Et oui, la déclaration ne reprend que ce que l'intérimaire a perçu et travaillé pour un code analytique. Et pour les agences dont les codes ont été fermés, aucune trace ! Il faut reparcourir les différents logiciels : Léa pour voir sous quel code analytique, déclic agences fermés, e-doc pour fiche de paie....Bref une perte de temps et une insatisfaction de plus !
A vouloir réduire les coûts de partout, la qualité n'y est plus et pas étonnant que la concurrence prend les parts de marché d'adecco...

Publié le mardi 19 mai 2015

IFM dues ou pas ?

mardi 19 mai 2015

Le code du travail prévoit des articles sur le sujet du versement de l'indemnité de Fin de Mission due à tout salarié intérimaire.
Tout d'abord, l'Article L1251-32 précise le cas où l'indemnité est due : « Lorsque, à l'issue d'une mission, le salarié ne bénéficie pas immédiatement d'un contrat de travail à durée indéterminée avec l'entreprise utilisatrice, il a droit, à titre de complément de salaire, à une indemnité de fin de mission destinée à compenser la précarité de sa situation. Cette indemnité est égale à 10 % de la rémunération totale brute due au salarié.    Et l'Article L1251-33 précise les cas où l'indemnité n'est pas due (modifié par LOI n°2008-1249 du 1er décembre 2008 - art. 18)

1° Lorsque le contrat de mission est conclu au titre du 3° de l'article L. 1251-6 si un accord collectif étendu entre les organisations professionnelles d'employeurs et de salariés de la branche du travail temporaire, ou si une convention ou un accord conclu au sein d'entreprises ou d'établissements de cette branche le prévoit ;

2° Lorsque le contrat de mission est conclu dans le cadre de l'article L. 1251-57 ;

3° (Abrogé) ;
4° En cas de rupture anticipée du contrat à l'initiative du salarié, à sa faute grave ou en cas de force majeure.L'indemnité s'ajoute à la rémunération totale brute due au salarié. Elle est versée par l'entreprise de travail temporaire à l'issue de chaque mission effectivement accomplie, en même temps que le dernier salaire dû au titre de celle-ci, et figure sur le bulletin de salaire correspondant.

Pour toute information complémentaire ou cas particulier, n'hésitez pas à nous contacter par le biais d'un de vos élus CGT.

Publié le mardi 19 mai 2015

Adecco, c'est le printemps ?

mardi 19 mai 2015

Nous nous étions déja exprimé sur la nouvelle façon de procéder en vigueur chez ADECCO, le nouveau "dialogue social" à la mode ADECCO, notamment en ce qui concerne la mutuelle. Pour résumer :
Une mutuelle imposée, un courtier imposé, un assureur imposé et quand le système dérape et qu'il faudra que le salarié mette la main à la poche ( ou que les garanties baissent ) on créé une commission ad-hoc en associant, cette fois-ci, les organisations syndicales pour "gérer" la catastrophe.
C'est toujours mieux d'associer les organisations syndicales pour porter les mauvaises nouvelles en s'exonérant soi meme de participer à une solution (il n'est pas envisageable pour la Direction de participer financièrement à la mutuelle ! )

Et bien bis répétita sur le système de rémunération !!!
Sur ce sujet ô combien douloureux, après encore une fois de plus des décisions unilatérales sans négociations : contribution directe, CVA, CDHI, budget...systèmes tous plus mystérieux, incompréhensibles les uns que les autres, mais qui clairement sont des échecs si ce n'est pour l'appauvrissement des salarié(e)(s).
Voila la création à venir : des groupes de travail sur la rémunération !!!

Et notre Direction n'étant décidément pas en panne d'inspiration, veut organiser ces groupes de travail avec les membres titulaires du Comité Central d'Entreprise !!! Quelle légitimité ? on ne sait pas. Sur quelle représentativité ? on ne sait pas.
Ce qui est sûr c'est que les membres du CCE de la confédération générale des confidentiels et les vendeurs de cadeaux bonux ( voir notre article sur le sujet ) seront bien présent autour de la table ( ça occupe, ça fait quelques remboursements de frais et ça justifie à moindre coût son inéfficacité )

Pour notre part, négocier oui, mais réellement, sur des propositions claires où la Direction assume ses responsabilités et avec les interlocuteurs légitimes. Et pour réussir cela la mise en place d'un réel rapport de force par votre engagement massif avec la CGT. 

Publié le mardi 19 mai 2015

Changement de dirigeants... les actionnaires boudent

lundi 18 mai 2015

La presse boursière nous livre les infos...

Tout d'abord, l'un des principaux actionnaires Adecco – l'américain Artisan partners ne semble pas apprécier le futur dirigeant d'adecco monde...en effet tout d'abord, l'annonce du départ des Directeur Général et Directeur Financier ont fait sérieusement chuter les actions en bourse...Et puis pour eux, c'est Dominik de Daniel qui mérite le poste de CEO et non pas Alain Dehaze...
Le 2ème actionnaire conteste lui aussi ces décisions qu'il qualifie de « bourde monumentale »...Mais le porte parole d'Adecco y répond, en précisant que la décision prise ne sera pas remise en cause, ce serait bien Alain Dehaze qui ferait l'affaire...Alors les critiques vont de plus belles,....ça tire à boulets rouges chez les actionnaires, vont-ils poursuivre avec tous ces changements ? Quelles pourraient en être les conséquences ?? Quand le torchon brûle même dans les hautes sphères, ce n'est jamais bon signe...

A suivre...

Articles dans leur intégralité
zonebourse

les echos

Publié le lundi 18 mai 2015

Santé et sécurité au travail : URGENCE

lundi 18 mai 2015

Le 22 avril dernier, L'Union Syndicale de l'Intérim renforcée par des camarades de la CGT Adecco a occupé diverses agences de travail temporaire à Saint Nazaire et Marseille. (cf article / photo CGT Adecco du 24 avril). A Marseille, l'agence ADECCO Btp/Tertiaire du boulevard Schuman a ainsi été occupée.

Pourquoi ?
Trop, beaucoup trop d'intérimaires sont victimes dans l'exercice de leurs missions, d'accidents du travail. Trop, beaucoup trop d'intérimaires jouent avec leurs vies et trop, beaucoup trop la perdent. Sans que rien ne bouge, sans que rien n'avance.
Une négociation est bien engagée sur le sujet depuis 2012, mais les résistances et le peu de volonté patronale via le Prisme, font que la négociation est dans une impasse, d'ou la nécessité de faire réagir les Directions des entreprises de travail temporaire, de faire réagir la Direction d'Adecco France, poids lourd du prisme et à ce titre grand responsable de la non-avancée de ce problème urgentissime... Car il ne faut pas se leurrer, quel autre moyen face à l'immobilisme et l'absence de volonté de nos Directions, nous reste il pour faire avancer les négociations ? Et il ne faut pas se tromper non plus, l'occupation n'est pas faite pour occasionner une gène pour les salarié(e)(s) permanents mais surtout et essentiellement pour une sensibilisation des salarié(e)(s).

 

Dans nos revendications, dans les propositions de la CGT sur ce sujet, nous exigeons des moyens financiers et humains dans les agences pour qu'elles puissent enfin se saisir et gérer efficacement la sécurité des intérimaires en mission.

La santé et la sécurité au travail c'est vraiment l'affaire de toutes et tous, permanents et intérimaires."

Publié le lundi 18 mai 2015

GPTW, les résultats enfin dévoilés ?

vendredi 15 mai 2015

Résultats de l'enquête Great Place To Work, chez Adecco, une révélation ?

 

Les managers en font en effet le débrief mais l'entreprise va probablement rester discrète sur le sujet, vu les résultats ??? pas étonnant ! Alive, forcé d'en évoquer le retour, se contentera de quelques lignes mais qui résument la situation : de gros efforts à faire sur la rémunération (comme d'habitude), des moyens professionnels plus performants (depuis le temps qu'on le dit), manager plus en proximité (enfin)...Depuis le début des enquêtes, le sujet de la rémunération est toujours là, mais ce qui a été mis en œuvre, sur les variables, n'a pas arrangé les choses...Qui a gagné + grâce aux nouveaux systèmes de calcul de parts variables (changeant tous les 2 ans pour l'instant) ? Qui a un revenu annuel 2014 plus élevé que celui de 2013 ?? (CF déclaration impôt sur le revenu récemment reçue...). Et ne parlons pas des fixes car les quelques « chanceux » qui bénéficient de l'augmentation individuelle de quelques dizaine d'euros semblent se rarifier d'année en année...et oui plus d'expertise, une nouvelle classification au ras des pâquerettes...ça y contribue largement. Mais attention cette année, nouveauté : il y aura des ambassadeurs GPTW ! Nous sommes impatients de les découvrir....

Publié le vendredi 15 mai 2015

DEMATERIALISATION, pour qui le profit ??

vendredi 15 mai 2015

Le groupe Adecco propose maintenant aux salariés permanents la dématérialisation des bulletins de salaires...

 

Cela avait été mis en place pour les intérimaires, il y a quelques années maintenant – plutôt un flop d'ailleurs...peu de salariés intérimaires convaincus ou qui font machine arrière car finalement, il faut imprimer la fiche de paie pour les assedic ou autres organismes, donc sous-entendu : imprimante, encre, papier...et donc coût à la charge du salarié...le monde à l'envers quoi : payer en plus pour obtenir son bulletin de paie ???
Et voilà qu'adecco revient à la charge pour les salariés permanents cette fois. Un « acte écologique et social »...C'est comme l'histoire des sachets plastiques qu'on achète maintenant au lieu de les avoir gratuitement...L'écologie a bon dos ! Et aussi social, et bien oui, on a l'habitude chez adecco de ne pas augmenter les salaires, de faire fondre les parts variables mais de faire des dons de ci de là...c'est mieux vu par la société et les politcos. Quand il y a de l'argent à distribuer, autant le donner aux autres qu'à récompenser ses propres salariés, c'est d'une logique IMPLACABLE !!!

 

Révolté(s) ? comme nous à la CGT...alors n'hésitez plus, rejoignez-nous dans cette dénonciation et lutte au quotidien pour reprendre nos droits et en gagner de nouveaux !!

Publié le vendredi 15 mai 2015

Intérimaire en contrat victime d'Accident du travail, vigilance aussi sur la paie

mercredi 13 mai 2015

Interimaires victimes d'un accident du travail, vérifiez vos décomptes Réunica ... Vous n'avez peut être pas perçu toutes les indemnités auxquelles vous aviez droit ...

En effet, en cas d'accident du travail pour un salarié intérimaire durant sa mission d'intérim, l'intérimaire doit percevoir malgré tout ses indemnités d'ICCP et IFM à compter du lendemain de son accident du travail jusqu'à la fin du terme de son contrat de travail.
Cette disposition découle de l'article L1251-19 du code du travail. 

Prenons le cas d'un salarié intérimaire ayant un contrat de mission du 1er mars au 30 août. Supposons qu'il soit victime d'un accident du travail le 1er avril (et uniquement dans ce cas précis).

--> L'interimaire doit percevoir pour la période restante de son contrat, soit du 1er avril au 30 août, le montant des IFM et ICCP qu'il aurait dû percevoir s'il n'avait pas été victime d'un accident du travail.

 

Or en pratique, de nombreux intérimaires Adecco nous ont sollicité pour que nous intervenions auprès des agences pour faire valoir leurs droits, car il semblerait que les indemnités n'aient pas été versées...
Dans un premier temps, notre intervention a permis de débloquer certaines situations. Mais lorsque les demandes se sont multipliées, nous pensions qu'il ne pouvait plus s'agir uniquement d'un problème de cas isolés...

Après avoir traité les différents cas et obtenu gain de cause, nous, élus CGT, avons adressé un courrier à la Direction afin de les alerter sur ce sujet et demandé qu'une régularisation se fasse pour tous les interimaires victimes d' AT.

Précisons que certains salariés permanents adecco, y compris gestionnaires de paie semblaient ignorer cette disposition. Nous ne leur jetons pas la pierre car leur ignorance est due à un manque de formation de la part d'Adecco. Nous pouvons légitimement nous poser la question suivante : est-ce volontaire de ne pas former les gestionnaires de paie sur certains sujets ?

Quand bien même nous avions averti la Direction de la situation et au préalable, avoir obtenu gain de cause pour certains interimaires, la Direction a ignoré notre alerte et nous a invité à nous rapprocher de l'organisme de prévoyance, chargé du versement des prestations.

Effectivement, en pratique, Adecco ayait signé une convention avec AG2R ( auparavant Réunica ), pour le paiement des ICCP et IFM pour la période restante du contrat.

Or, il semblerait que cela n'a pas été toujours le cas et quelques interrogations subsistent...
En effet, dans les premiers échanges avec AG2R, ces derniers nous avaient confirmé que le versement des ICCP et IFM pour la période restante à courir du contrat était du ressort de l'employeur, à savoir Adecco...ce qui s'est avéré vrai pour certains cas...
Puis évidemment, après différents échanges avec AG2R, quelques mois s'étant écoulés...vous l'aurez deviné, ils nous ont cette fois indiqué que c'était à eux de procéder au versement des ICCP et IFM et que cela était pris en compte dans leur calcul...
Et cela semble être désormais le cas...mais... depuis que nous sommes intervenus....?

Que doit-on en déduire ?? Que, grâce à l'intervention de la CGT Adecco, la Direction est intervenue auprès de AG2R pour que le paiement se fasse ? Dans ce cas, où allait l'argent avant cela ? Vu le nombre important d'accidents du travail chez Adecco, cela représenterait des millions : de la perte de salaire pour les intérimaires victime d'accidents du travail ? des montants non déclarés à l'urssaf ?

Si nous n'étions pas intervenus, que ce serait-il passé pour tous les interimaires victimes d'AT ? RIEN de RIEN comme d'habitude.

Compte tenu de la situation, vous salariés intérimaires qui êtes victime d'un Accident du Travail, n'hesitez pas à nous solliciter pour vérifier que vous avez bien perçu l'intégralité de vos indemnités.

 

C'est votre du, c'est votre droit. Défendons les ensemble !
La CGT Adecco, le seul syndicat qui ne lâche rien !

Toutes les informations sur le site Reunica

Publié le mercredi 13 mai 2015

A quand la protection sociale pour tous

mercredi 13 mai 2015

Nous avions évoqué le sujet courant avril...et avions rédigé un courrier à l'attention de la direction l'informant que nous ne participerions pas aux réunions concernant la mutuelle. Et pour cause.
La réunion s'est tenu courant avril, avec des chiffres déficitaires...comme prévu et des organisations syndicales présentes, à l'écoute, discutaillant sur des queues de cerises...Alors que le but aurait du être de défendre les droits des salariés, le maintien de la cotisation et la prise en charge du déficit par Adecco. Surtout quand on vient d'apprendre que les actionnaires ont récolté 160 millions en 1 trimestre, qu'on sait que le CICE rapporte 135 millions par an....et bien d'autres moyens encore de trouver les fonds largement suffisants pour éviter un surcoût aux salariés et du coup, encore une baisse du pouvoir d'achat !!
Et vous, salariés allaient encore vous dire mais ils sont où les syndicats ?? Qu'est-ce qu'ils font pour nous ??? Et oui, seule la CGT en a conscience mais voyez face à la complicité et la collaboration des autres Organisations syndicales, ce qui va probablement arriver : un accord à votre désavantage comme les précédents ! Nous dénonçons depuis des années, mais n'étant pas majoritaire, nous avons les pieds et poings liés par toutes les autres organisations syndicales qui cautionnent gentiment, même les OS non représentatives comme SUD et CFTC sont sollicitées ! Incroyable ! sur un sujet tellement important : la santé et l'argent. Sans parler des intérimaires, même en CDI intérimaire, rien n'est prévu... A quand la protection sociale abordable, pour tous !??

Publié le mercredi 13 mai 2015

La paie, c'est vital pour tous !

lundi 11 mai 2015

La paie, c'est vital pour les salariés...
Une nouvelle fois, beaucoup de salariés intérimaires ont eu la mauvaise surprise le 12 mai, de n'avoir pas reçu leur bulletin de salaire ni leur virement sur leur compte.
Déjà que le systeme veut que le salaire soit viré très tard, le 12 de chaque mois, alors que de nombreux prélévements sont déjà effectués, qu'une majorité d'intérimaires ont un salaire bas ou modeste, le retard de virement sur leur compte peut engendrer du stress et poser des problèmes que eux seuls devront assumer alors qu ils ne sont pas responsables.
Alors que les agences, sur ordre de la direction, mettent de plus en plus de pression aux salariés intérimaires pour remettre leur bon d'heures chaque semaine et le dernier de chaque mois à une date précise afin que le service paye les enregistre, et les traite dans un delai suffisant pour le virement le 12, il est inconcevable à notre époque, avec les moyens techniques que cette date fatidique, pour de nombreux salariés, ne soit pas respectée.
Cela démontre une fois encore toute la considération que la Direction a pour les salariés intérimaires.
Les intérimaires ne seraient-ils pas des sous-salariés ? Il est vrai qu il ne représente que 97% de la masse salariale Adecco, alors qu 'il semblerait que pour les salariés permanents, la direction et surtout nos actionnaires veillent à ce que la date de leur paie soient toujours respectée, sinon imaginez-vous toutes les protestations.

 

   Encore une fois si, seule, la CGT ne dénonce pas ces pratiques, personne ne le fait.


Ce retard de millions de salaire non versés, ne servirait-il pas de trésorerie ? ou alors un moyen de tirer profits des intérêts ??
Par contre qui payera les agios sur les découverts des comptes des salariés intérimaires ?

Encore une fois c'est un scandale, la CGT exige le respect de tous les salariés, et cela commence par le respect de la date du versement du salaire !

Publié le lundi 11 mai 2015

Adecco à la une de la presse

lundi 11 mai 2015

Cette fois, synchronisé : l'annonce a été faite en interne, officiellement par un communiqué de Monsieur Dehaze lui-même, et la presse « business » s'en est emparé ce même 7 mai.
Le groupe a du faire face à 2 démissions : le président du directoire Patrick De Maeseneires et le directeur financier Dominik de Daniel...Pour quelles raisons ? En tout cas, c'est un aubaine pour Monsieur Dehaze qui prend place au poste de « CEO ». Mais cette abréviation ne vous dit peut être rien, surtout que c'est une fois de plus une version anglaise, alors que nous, salariés Adecco France, nous sommes bien français...On vous traduit : le CEO est le « Chief Exécutive Officer » en anglais, ou chef de la direction en français, en gros celui qui tient le rang le plus élevé dans la hiérarchie d'une organisation ici Adecco Monde.
Le premier trimestre est annoncé optimiste : "l'entreprise a en effet réussi un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 160 millions d'euros" !! On comprend pourquoi là-haut tout va bien et qu'il y a de la promotion, les méthodes de travail portées par Monsieur Dehaze semblent bien profitables pour certains...Nous aurons aussi la surprise en septembre de découvrir probablement un nouveau maître en la matière...patience.

La presse en parle...

La tribune de Genève
Les echos
BFM
le temps

Publié le lundi 11 mai 2015

Messieurs les décideurs, arrêtez de jouer à Colin Maillard

jeudi 30 avril 2015

Les chiffres parlent pourtant d’eux même, adecco ne se serait jamais porté si mal que depuis qu’il  impose des visites commerciales à ces recruteurs… Et oui messieurs, un recruteur n’est pas un commerçant. Il doit recruter. Vous avez beau tenter des formations, des ateliers…il faut ouvrir les yeux. Les visites du Tac-tac-tac, sont-elles réellement efficaces ? Saisir des visites - réelles ou fictives (et oui on doit certainement en arriver là pour attendre le quota) pour dire d’être dans les 100% ne semble pas porter ses fruits. Cette méthode est-elle la bonne ? Posez-vous la question ? La qualité devrait être de mise dans cette rude concurrence. Avant de courir partout, harceler les clients, il serait peut être bien de déjà regarder ce qu’il y a en agence comme demande client et répondre au besoin / satisfaire le client, non ? Les recruteurs n’en semblent que de plus en plus démotivés : une pression constante, limite harcelante, des consignes de discours qui frisent la mendicité envers le client…pour un salaire de misère.L’image d’adecco, que l’on nous demande de donner envers le client, envers les intérimaires semble bien se dégrader de plus en plus. et les enquêtes nationales le prouvent même. Il serait temps de recentrer chaque salarié sur son coeur de métier. Les commerciaux sont là pour commercer, les recruteurs pour recruter. La CGT porte ce discours haut et fort en direction. Nous gardons toujours espoir d’être enfin entendu un jour; Joignez-vous à nous pour porter ce pressage plus fort encore !

Publié le jeudi 30 avril 2015

Rendez-vous chez le médecin du travail

jeudi 30 avril 2015

Oui c'est possible à votre demande.

Article R4624-17 - Modifié par Décret n°2012-135 du 30 janvier 2012 - art. 1
« Indépendamment des examens périodiques, le salarié bénéficie d'un examen par le médecin du travail à la demande de l'employeur ou à sa demande. La demande du salarié ne peut motiver aucune sanction. »

Salariés intérimaires et permanents, tous concernés ! La prévention de tous risques professionnels et un sujet qui tient à coeur la CGT Adecco.
Les conséquences peuvent être différentes selon que l'on soit intérimaires : dommages plus physiques, ou permanent : dommages plutôt psychologiques. Mais tout est à prendre au sérieux. Les réformes des visites médicales ont espacées les rendez-vous chez le médecin du travail. Dans la plupart des cas, d'une visite périodique annuelle, on est passé à « tous les 2 ans ». Entre deux, on peut voir le médecin traitant..ou pas. Mauvaise mutuelle, difficulté à se confier, incompréhension du médecin de famille sur le métier exercé....les raisons peuvent être multiples. Mais il est primordial de prendre soin de soi. Sachez que vous pouvez en tant que salarié, solliciter votre médecin du travail à tout moment de votre vie professionnelle, si le besoin s'en fait sentir. Ce rendez-vous est considéré comme prioritaire et est donné rapidement, il est tout à fait confidentiel, l'employeur n'en aura jamais connaissance. Cela peut permettre de faciliter un droit d'alerte, un droit de retrait si le médecin reconnait le danger immédiat. Et également, si plusieurs salariés d'une même structure s'y rendent pour la même raison, le médecin peut déclencher un CHSCT extraordinaire. Le but est de remédier aux difficultés rencontrées par le salarié.
La médecine du travail peut intervenir avec une délégation d'ergonomie, psychologue du travail, ...pour constater, rédiger un rapport remis à l'employeur et l'inspection du travail. Ce rapport reprend, anonymement les faits, et apporte surtout des préconisations, des pistes de méthodes à mettre en place pour améliorer les conditions de travail des salariés.
C'est un droit que vous avez, sachez-le et pensez-y. Oui, la CGT ce n'est pas seulement revendiquer et réclamer de nouveaux droits, la CGT adecco s'inquiète pour votre santé et peut vous accompagner dans la démarche. Contactez l'élu CGT de votre CHSCT.

Publié le jeudi 30 avril 2015

Elus représentants du personnel, avec quels moyens ?

jeudi 30 avril 2015

Nous ne cessons, élus CGT de réclamer la liste des agences de notre périmètre avec coordonnées téléphoniques et organigramme/composition de l'agence mais décidément la direction maintient son refus de nous communiquer les moyens qui nous permettent de venir à vous...Avec un territoire bien trop grand, des agences éclatées, peu de temps et de moyen financier pour nous déplacer au regard du périmètre que nous représentons, les moyens sont insuffisants et la direction s'en frotte probablement les mains.
Comme nous le précisons lors de nos passages en agence, rien n'est facilité pour les échanges entre salariés et élus du personnel. Notre job est de vous représenter mais l'accord actuel de droit syndical (lien) -voyez quelles sont les organisations syndicales qui ont signé, toujours les mêmes - ne permet que 2 communications par an via un courrier adressé au domicile des salariés permanents et intérimaires. Courrier de toutes les os en même temps, en noir et blanc et pour notre part, souvent mal imprimé...Et nos tracts transmis par fax sont juste « tolérés » si pas trop nombreux...Que retiennent les salariés de tout cela...pas grand chose. Les courriers partent trop souvent directement à la poubelle. Pourtant dans nos messages CGT, c'est un soutien que vous pouvez trouver. Notre priorité est et sera toujours de défendre vos droits avec une volonté tenace d'en gagner de nouveau. Mais avec 95% d'abstention aux élections professionnelles, que pensez-vous que l'on puisse avoir comme poids ??
Il est plus que temps de prendre votre avenir en main, nous sommes là pour y contribuer, faites nous confiance. Montrez-le nous. Vous aurez prochainement l'occasion de voter, il le faut prenez ce droit de vote, et surtout faites le bon choix. Parcourez notre site, contactez nous dès que vous avez une question, vous verrez, nous sommes les seuls à mener à bien notre mission de représentants du personnel.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." target="_blank">Vous pouvez aussi nous solliciter pour figurer sur nos futures listes, en toute discrétion jusqu'aux élections. Vous pourrez ainsi voir « l'envers du décor » lors des réunions IRP et participer aux différentes négociations ( NAO, mutuelle, ...)

Publié le jeudi 30 avril 2015

les suites de l'accident de travail

jeudi 30 avril 2015

La CGT Adecco se bat dans le cadre des CHSCT pour faire respecter les mesures de sécurité (formation, EPI, droit d'alerte et de retrait,...), au quotidien dans les rencontres avec les salariés sur les conditions de travail, l'valutation des risques. Dernièrement encore, nous nous sommes mobilisés au niveau national aux côtés de l'USI, par des actions en agences pour que les négociations avec le prism'emploi aboutissent à des amélioration des conditions de travail. Malheureusement trop touchés par l'accident de travail les intérimaires, s'en trouvent  bien souvent démunis. Au delà de la souffrance physique, psychologique, l'aspect financier en prend un coup aussi...Découvrez les démarches, vos droits auprès du Fastt.

Publié le jeudi 30 avril 2015

Vous avez dit PSYA ?

mardi 28 avril 2015

Adecco a depuis quelques temps choisit Psya pour partenaire, comme soutien psychologique. Les retours sont plutôt pas mal pour la gestion et le suivi des salariés intérimaires ou permanents qui connaissent un traumatisme professionnel : accident du travail, agression...Le service est dans ce cas proposé et déclenché par le CPS.
Mais pour les salariés permanents, le service est étendu et il est possible d'appeler - en toute confidentialité, dixit adecco et psya...- pour un soucis personnel. Il est même prévu dans l'accord que le salarié peut bénéficier de 5 rendez-vous en face à face avec un psychologue de la zone géographique proche. Mais seulement voilà, dans ce cadre là, les retours ne semblent pas très encourageant...Prenons l'exemple de ce salarié qui est revenu vers nous en nous expliquant son cas.
Ce salarié, submergé par des problèmes personnels prend sur lui d'appeler psya. Ce qui est déjà un pas difficile à franchir dans ces moments là. On lui confirme qu'il a droit à 5 rendez-vous avec psychologue. Les noms, prénoms, coordonnées et raisons détaillées de l'appel sont demandés et enregistrés. La personne à l'autre bout du fil explique qu'elle doit contacter le(s) psychologue(s) de la zone géographique définie pour vérifier ses disponibilités et qu'elle rappelle "très rapidement" pour communiquer les coordonnées du psy pour que le salarié puisse l'appeler ensuite lui même pour convenir du RDV. "Très rapidement", pour quelqu'un en détresse, on imagine le lendemain ou le surlendemain...10 jours plus tard, toujours rien. Le salarié rappelle, et tombe sur un « téléconseiller" peu enclin à la compréhension et l'amabilité, un comble pour une cellule psychologique !! A l'énoncé des coordonnées, la personne de psya ne semble même pas retrouver trace du précédent appel, 10 jours plus tôt. Nous ne détaillons pas l'échange par soucis de confidentialité mais le salarié nous autorise à diffuser cette malheureuse expérience...Il en résulte que psya, à nouveau, précise qu'il y aura un rappel rapidement...et cela date d'il y a 10 jours encore...et toujours rien. Maintenant 3 semaines que le premier appel a été passé, tout cela pour obtenir un nom et numéro de téléphone d'un psy pour seulement convenir d'un rdv...On connaît l'urgence d'être pris en charge et entendu dans des moments difficiles...Bravo Psya, pour un soutien psychologique, très bien, on se sent vraiment compris et pris en charge !!!

Publié le mardi 28 avril 2015

ADECCO 2 CE

mardi 28 avril 2015

Adecco dispose de 2 Comités d'Entreprise. Dans notre rubrique spéciale CE, vous retrouvez les questions que nous soumettons en réunion et qui malheureusement ne sont pas toujours traités, car exclus des alliances des autres syndicats, nos questions sont souvent écartées, mais nous ne nous décourageons pas ! Le CE c'est donc l'instance ou les sujets d'ordre nationaux sont traités mais le CE c'est aussi les Activités Sociales et Culturelles.
Rappelons que l'instance CE a été crée en 1945 par ...la CGT ! Et oui, nous sommes le syndicat à l'origine et nous poursuivons nos luttes pour obtenir un maximum de droits. N'étant pas aux secrétariats actuels de CE et CCE, nous n'avons pas encore pu obtenir ce que nous réclamons : une augmentation de la subvention de l'entreprise de 0,1% de la masse salariale à 0,3% : ce qui permettrait d'avoir encore plus de possibilités pour vos loisirs ! Mais nous gardons espoir, et comptons bien prendre les rennes lors des prochaines élections professionnelles !

Le CE intervient dans les loisirs, vacances, sports, événements familiaux et la culture.

 

 


 

AU CE OUEST/NORD

IntérImaIres (tt) : 1ère h de travaIl Permanents : date d'entrée

• CENTRALE D'ACHATS : Remises nationales et locales dans divers domaines : auto-moto, cadeaux, voyages, loisirs, santé beauté, cinéma, parcs....

tt : 450 h dans les 12 dernIers moIs P : 3 moIs

• BILLETTERIE CINÉMA : 4,00 € la place sur une sélection de salles (UGC, Pathé, CGR...).

• ÉVÉNEMENTS FAMILIAUX : Carte cadeau de 40 € pour ma- riage, naissance, pacs...

tt : 700 h heures dans les 12 dernIers moIs P : 6 moIs

• ADECCO RELAX : 114 Appartements vacances répartis aux 4 coins de la France, en Espagne et Sardaigne. Tarifs : de 168 à 306 € la semaine selon l'appartement, le lieu et la période. Conditions d'ancienneté réduites pour les appartements encore disponibles après les périodes de commissions d'attributions.

tt : 900 h dans les 12 dernIers moIs P : 6 moIs

• BILLETTERIE PARCS : Prise en charge sur l'achat de billets sur les parcs : Disney, Astérix, Futuroscope, Center Parcs et les zoos de Paris et Beauval.

CHÈQUE EMPLOI SERVICE UNIVERSEL : Participation de 4€ par Cesu de 14€. Subvention est limitée 120€ par an.

CHÈQUE LIRE ET CHÈQUE DISQUE : Participation de 5€ sur l'achat d'1 chèque Lire ou Disque d'une valeur de 10 €. Subvention limitée à 120€ par an.

PARTICIPATION CENTRES DE VACANCES : Participation financière variable selon le Quotient Familial (de 150 à 600€).

CAMPING - MOBIL HOME : Participation financière de 100€ par salarié + 20€ pour le conjoint + 20€ par enfant à charge sur 1 location entre le 12/07 et le 23/08/2014

VOYAGES* : Participation financière variable selon le Quotient Familiale (de 100 à 140€). Participation accordée à l'ayant droit sur tout voyage par avion, bateau ou train comprenant un hébergement et se déroulant hors France métropolitaine. * P 18 MOIS

tt : 1800 h dans les 18 dernIers moIs P : 18 moIs

CHÈQUE VACANCES : Participation de 50% sur l'achat d'un chèque vacances d'une valeur de 120 €

les éPhémères

Avantages proposés aux salariés sur une période de quelques semaines dans l'année. Les conditions et période peuvent changer d'une année sur l'autre. Pour en savoir plus consultez le site régulièrement ou contactez le CE

• CADEAUX DE NOËL
• CHÈQUE CADEAUX NOËL • RENTRÉE SCOLAIRE

 

- Salariés permanents et intérimaires, retrouvez ici les droits de votre CE OUEST/NORD

 

 


 AU CE EST/SUD

 

Dès la 1ère Heure de travail
Centrale d'achat : Tarifs négociés dans la plupart des domaines (auto-moto, voyages, cadeaux-Equipement, loisirs, parcs, santé...).
ToutApprendre.com : accès à plus de 1000 cours en ligne totalement gratuitement.
Aide décès suite accident du travail ou maladie professionnelle
455 h. (TT) dans les 12 derniers mois – 3 mois d'ancienneté (P)
Billetterie Cinéma : Participation sur l'achat de billets cinéma dans de nombreuses salles nationales ou locales (accessible également dès la 1ère heure à des tarifs négociés)
Événements familiaux : Chèque cadeaux offert pour naissance, mariage, adoption, pacs !
Enveloppe Culturelle : Participation financière de 30% sur l'achat de chèques Culture, Disque ou lire ou sur la carte scènes et sorties
Chèque Emploi Service Universel (CESU) : Prise en charge de 4 € par CESU de 14 €
600 h. (TT) dans les 12 derniers mois – 12 mois d'ancienneté (P)
Secours sociale : aide financière exceptionnelle et unique accordée aux salariés rencontrant des difficultés financières susceptibles de remettre en cause leur emploi.
700 h. (TT) dans les 12 derniers mois – 6 mois d'ancienneté (P)
Adecco Relax : Appartements vacances (114) répartis aux 4 coins de la France, en Espagne et Sardaigne (accessible en « période libre »)
900 h. (TT) dans les 12 derniers mois – 6 mois d'ancienneté (P)
Billetterie Parcs de loisirs : participation sur parcs de loisirs, animaliers (accessibles également à des tarifs négociés dès la 1ère heure).
911 h. (TT) dans les 12 derniers mois – 6 mois d'ancienneté (P)
Abonnement Sportif ou culturel : Participation sur adhésion ou abonnement à une activité sportive (salle de sport...) ou culturelle (théâtre...).
1400 h. (TT) dans les 18 derniers mois – 18 mois d'ancienneté (P)
Adecco Relax : Appartements vacances. Patrimoine immobilier du CCE Adecco
2000 h. (TT) dans les 18 derniers mois – 18 mois d'ancienneté (P)
Voyages & Vacances : participation sur les voyages (dont scolaires), tous les types de locations, colonies et centres aérés
Les éphémères
Avantages limités dans le temps et dont les conditions peuvent être révisées chaque année. Liste non exhaustive :

Chèque Vacances
Chèque cadeaux et colis de Noël

- Salariés permanents et intérimaires retrouvez ici les droits de votre CE EST/SUD 

Publié le mardi 28 avril 2015

Family, le bon découpage ?

vendredi 24 avril 2015

Family est le dispositif mis en place par adecco pour ne louper aucune affaire. Comme si toutes les entités du groupe adecco groupe france étaient une grande famille qui se passeraient le business. Avec à la clé, un % du Chiffre d'Affaires pour l'apporteur d'affaires et une prime individuelle ! Ce moyen a permis sur 2014 de multiplier les passerelles et échanges d'affaires. Une prime individuelle, par les temps qui courent, ça peut motiver. Mais attention....il y a quelques exceptions.. et forcément là ou ce serait le plus intéressant pour les salariés.
On apprend finalement, car explication qui ne semblent pas très claires sur intranet et mail de réponse family, que là ou il y a le plus de possibilité : adecco GS, adecco PME et ON SITE, il n'y a aucune rétribution de prévue, aucune prime individuelle.
L'ex expert, devenu SPRING entre maintenant (depuis janvier 2015) dans les "cousins qui rapportent" ! Et oui, il fait partie de la famille. Mais le hic, c'est que les retours d'agence ne sont pas toujours très positifs : pas forcément de suivi et retour du consultant envers l'agence qui a pourtant amené le business, ou peut être manque de réactivité, ou ... et les statistiques présentées en CE peuvent aussi en être interprété comme ce reflet. Le « taux de transformation » n'est pas à la hauteur de l'attendu, nombreux sont les affaires qui se perdent en route. Et d'un autre côté, les salariés SPRING se sentent isolés, pressés... A qui la faute ? Le suivi va très certainement se faire plus serré...Un autre constat peut aussi être fait sur les statistiques : c'est majoritairement adecco GS qui transmet du business aux autres et plus particulièrement à Spring. Forcément, les projets de détection placement concerne majoritairement les postes à plus de 25k€ de rémunération annuelle... Entre GS et Spring, l'écart est quasi du simple au double : quand adecco GS transmet 100 à SPRING, SPRING transmet 50...Alors un certain gain peut être réalisé par ADECCO GROUPE FRANCE au global mais notons tout de même que Family, c'est 5 salariés dédiés à temps complets, la création d'outils informatiques, vidéos, formations....et ça ça a forcément un coût et qui supporte ces coûts ??? Alors devinez qui sont les grands perdants ?

Publié le mardi 28 avril 2015

Actions CGT pour la sécurité au travail

vendredi 24 avril 2015

Mercredi 22 avril, plusieurs agences d'intérim de Marseille et de Saint-Nazaire ont été occupées à l'appel de l'Union Syndicale de l'Intérim CGT, dont fait partie la CGT Adecco. La volonté : débloquer les négociations de branche sur la sécurité et la santé au travail des salariés intérimaires.           A Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), une vingtaine d'intérimaires ont investi les agences ACTUAL, MANPOWER et SYNERGIE. Sur Marseille, les agences START PEOPLE, PROMAN et ADECCO étaient ciblées par autant de militants CGT.

 

Depuis février 2014, le PRISM'EMPLOI (patronat de la branche de l'intérim) refuse d'aborder la sécurité et la santé au travail des salariés intérimaires alors que les chiffres de 2013 sont alarmants: 67 intérimaires tués au travail et 34.848 accidents du travail ont été comptabilisés.

Les accidents du travail et les maladies professionnelles frappent des milliers de travailleurs intérimaires et les morts sur les chantiers, dans les usines, sur les routes, se comptent par dizaines.
2 fois plus d'accidents qu'en CDI sur le même poste de travail, avec un taux de gravité 2 fois plus élevé ! Cela suffit ! 

Derrière les missions, le manque de formation renforcée au poste, l'absence d'équipements individuels de sécurité complets et l'inexistence de visites médicales, sans parler du suivi renforcé, les salariés intérimaires subissent de plein fouet une surexploitation qui ne dit pas son nom. La violence sur le lieu de travail existe bel et bien. Par la peur et les pressions, les salariés intérimaires sont exposés à la MORT !

   

     

 

Il faut ajouter à cela, les difficultés rencontrées par les salarié-es permanents des agences, qui sont dans l'incapacité de faire correctement leur travail de prévention des risques, par manque de moyens.

La gestion INHUMAINE pratiquée par les directions des entreprises utilisatrices compte sur la bienveillance et la complicité du PRISM'EMPLOI. La résistance patronale va jusqu'à cacher, notamment, les maladies professionnelles. La CGT est choquée par le mépris envers les 2 millions de salariés intérimaires qui triment pour survivre.

Chaque jour, partout en FRANCE, des dizaines de milliers de travailleurs intérimaires sont exposés à des produits chimiques dangereux, pour certains cancérogènes, entraînant le développement massif de cancers dont la grande majorité sont liés aux expositions sur le poste de travail. Le scandale de l'amiante, la non-reconnaissance pour les salariés intérimaires exposés et leur exclusion à la cessation anticipée d'activité pour une grande majorité d'entre eux, en dit long sur le noir avenir qui se profile pour celles et ceux qui travaillent actuellement dans des conditions de pénibilité.

Mais s'il est inacceptable que des travailleurs succombent à cause des conditions de travail, il est encore plus inacceptable que la responsabilité des sociétés d'intérim soit écartée. Sur conseil du PRISM'EMPLOI, celles-ci contestent systématiquement les accidents du travail. Une arnaque qui a pour effet de faire supporter à la Caisse Maladie ce qui devrait être supporté uniquement par la branche AT/MP, cette dernière étant uniquement financée par les entreprises sur un taux de risque. La victime subit donc la double peine avec une indemnisation moindre.

Le simulacre de négociation et la tromperie doivent cesser. Les opérations « poudre aux yeux » sur la sécurité et la santé au travail, lancées par PRISM'EMPLOI pour tromper l'opinion publique, par le biais de chartes « Prévention » et recommandations sans effet, n'ont que deux objectifs : contourner les dispositions légales et saborder la négociation collective de branche.

Les zones de non-droit, la violence physique et mentale, résultent de stratégies d'entreprises qui cherchent à réduire les coûts et les droits sociaux en s'appuyant sur la main d'œuvre précaire, peu formée et nullement protégée.

La CGT Adecco par l'USI-CGT, responsabilise les employeurs de cette hécatombe sociale et accuse les pouvoirs publics de couvrir ces pratiques.

 

Lire le communiqué de l'Union Syndicale de l'Intérim - CGT 

 

 

La presse en parle

Le Figaro

L'Humanité

 

Publié le vendredi 24 avril 2015

Nos amis les élus cadres débordés

vendredi 24 avril 2015

Ils sont partout et nulle part à la fois...Les moyens, ils les ont bien souvent, bien plus que nous, élus CGT. Les cadres adecco, ont généralement un véhicule de fonction ? alors quand on est cadre et élu, les déplacements ne sont plus un soucis financier...Certains sont détachés à 100% ? alors le temps n'est plus un soucis non plus. Certains tiennent les rennes du CCE ? alors tous les prétextes sont bons pour sillonner la France sous couvert du CCE, et utiliser cette instance pour propagande sur blog ou autre site...
Mais avec tant de moyens, tant de présence terrain, comment est-il possible que dans certaines instances, notamment DP, celle qui concerne directement le salarié, les cadres n'ont jamais de réclamations à soumettre à la direction ? et désormais aussi, désertent les réunions ?
Il y a de quoi s'interroger...La belle parole peut être portée en agence mais si derrière rien ne bouge...Preuve en est : les accords signés, au désavantage des salariés, les roucoulement auprès de la direction et des ressources humaines... Rejoignez la CGT pour voir l'envers du décor, surtout placez-vous du bon côté, au sein du seul syndicat qui assure réellement la défense des salariés, de tout statut, adhérez à la CGT Adecco.

Publié le vendredi 24 avril 2015

conf call de notre président

vendredi 24 avril 2015

Salariés permanents, vous avez été conviés à écouter les belles paroles de notre président vendredi dernier. Invitation, comme pour entendre la messe, avec la méthode Couet " tout va bien,je vais bien". (Evidemment les résultats de GPTW ne vont pas tardés...il faut se persuader que tout va bien pour les salariés)
Nous pouvons remarquer : l'heure de démarrage 11h45 : la plupart des salariés ont une coupure entre 12h et 14h. On pouvez alors se poser la question : il n'a pas beaucoup d'info à nous donner, cela ne va durer que 15 minutes ? Mais non, cela a bien duré 45 minutes environ, du coup ça fait 30 minutes de grappillées sur nos horaires. Et qui va oser demander à son responsable," je peux récupérer les 30 minutes de pause déjeuner ?" Soit, un détail mais un détail qui peut en dire long sur l'état d'esprit Adecco...
Et puis on s'entend dire que  "tout va bien"...mais tout va bien pour qui ??? Pour les salariés ? les élus CGT qui sont sur le terrain et aux contacts des salariés n'ont pas la même vision des choses...Des plannings, des chiffres, des parts variables...tout est à la baisse, comment peut-on dire que tout va bien ? En fait, il manque probablement une précison : "à Zurich tout va bien".

Publié le vendredi 24 avril 2015

Adecco côté finances...

mercredi 22 avril 2015

Il ne s'agit là pas de nos portefeuilles qui se repmplissent...voici les dernières infos financières adecco.

Nous ne sommes pas des experts financiers mais les titres semblent plutôt positifs.

 

Un repli opportun ...lien vers zonebourse

Toutes les propositions acceptées...lien vers Romandie 

Publié le mercredi 22 avril 2015

CHSCT Nord, comment ça va ?

mardi 21 avril 2015

Le CHSCT de l'ex DR 35 avait pour secrétaire un élu CGT depuis un bon moment et les choses avançaient plutôt bien. Les bruits courraient même que ce CHSCT était le 1er de France, en terme d'avancée, par ces enquêtes et inspections, sur la mise en place d'actions d'amélioration sur les conditions de travail tant des permanents que des intérimaires....mais voilà, une fois de plus par la coalition - cette fois CFE/FO/CFDT - qui a voulu écarté la CGT, le secrétaire a changé de main...la CGT a notamment été tenue à l'écart pour le CHSCT de coordination, probablement par des manigances et stratégies de vote ? En tout cas, l'élu CGT secrétaire au CHSCT a rendu son tablier en début d'année. Et devinez qui a repris le flambeau ??? Et oui la CFE/CGC. Nous avons laissé un peu de temps passer pour pouvoir juger de son rôle...
Déjà, très surprenant : ce secrétaire se satisfait des notes prises par la direction pour rédiger son PV de réunion, en y ajoutant quelques notes drainées de ci de là...
Et puis, les choses ne semblent plus trop bouger...:
- des demandes de sujet pourtant ô combien important - suivi de la mise en place des process au middle office - des membres CHSCT de la CGT qui n'apparaissent pas à l'ordre du jour qui est validé conjointement par la direction et le secrétaire...

- des re-routage de mail de la direction par le secrétaire avec un décalage parfois de plus d'une semaine pour informer les membres du CHSCT des accidents graves...
- Un CHSCT extraordinaire qui devrait être déclenché lorsqu'il y a un accident mortel et qui malgré relance de la CGT n'arrive toujours pas...

Normalement, il n'y a pas d'étiquettes en CHSCT mais nous en faisant malheureusement les frais...quel dommage. L'intérêt de cette instance est pourtant bien de défendre les conditions de travail et de sécurité des salariés intérimaires et permanents. Les membres CHSCT de la CGT l'avaient bien compris...

 

Publié le mardi 21 avril 2015

Alumni encore

mardi 21 avril 2015

Nous vous avions présenté Alumni, ou comment dépenser plus...Et bien de mieux en mieux, un challenge est maintenant en place pour inciter les permanents à parrainer ou marrainer des ex salariés adecco et les faire entrer dans le dispositif Alumni...Décidément, il semble vraiment y avoir un fossé entre le haut et le bas de l'échelle hiérarchique....incompréhension entre ces 2 mondes...La vie en agence ou pire en centre de service est bien souvent faite de galères, de perte de rémunération avec un variable réduit chaque année et la direction pendant ce temps là...finance des repas de gala avec des salariés qui ont quitté la société...

Alumni va allumer le feu...!

Publié le mardi 21 avril 2015

Résultats élection AGF

vendredi 17 avril 2015

Comme annoncé précédemment, les élections professionnelles se sont déroulées du 2 au 9 avril au sein d'Adecco Groupe France. Il n'y a pas eu de 2ème tour. Les résultats sont donc tombés le 9 avril. La CGT a 2 élus qui représenteront les salariés au CE (Comité d'entreprise) et instance DP (Délégué du Personnel). Merci aux salariés qui ont voté CGT, aux salariés qui ne sont pas résignés et qui nous font confiance et ont foi en la lutte. Olivier et Céline disposent maintenant de 4 ans pour vous prouver leur investissement dans leur mandat et faire avancer les choses.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. via Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.?bcc=Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.&subject=cgt%20AGF%20-%20info%20adhésion" target="_blank">

 

et consultez le blog CGT AGF

Publié le vendredi 17 avril 2015

EPI nouveau scandale

vendredi 17 avril 2015

Nous avions déjà traité le sujet, et défendu vos droits sur la question des EPI mais le sujet revient à l'ordre du jour.
Certains salariés intérimaires nous avaient en effet alerté sur le fait que l'agence adecco qui les détachait, demandait un chèque de caution ou pire faisant payer les chaussures de sécurité...Les élus CGT étaient intervenus et avaient réglé le problème en l'évoquant en réunion DP et CHSCT. La sécurité relève de l'employeur et le salarié ne doit en aucun cas supporter les coûts de l'équipement qu'il doit porter pour se protéger.
Cette fois, le sujet serait encore plus grave. Il semblerait qu'ne agence adecco spécialisée en hôtellerie/restauration de la région parisienne impose aux candidats/intérimaires de se procurer une tenue complète pour se voir proposer une mission ! Coût de l'investissement : chemise + pantalon + chaussures de sécurité = 80 €. Si la tenue est imposée par l'employeur et/ou l'entreprise utilisatrice, elle ne doit en aucun cas être à la charge du salarié ! Cela est inacceptable au vue de l'article R4323-95 : « l'employeur doit fournir gratuitement les EPI et vêtements de travail. L'employeur assure leur bon fonctionnement et leur maintien dans un état hygiénique satisfaisant par les entretiens, réparations et remplacements nécessaires. Ces dispositions ne font pas obstacle aux conditions de fournitures des équipements de protection individuelle prévues par l'article L1251-23 pour les salariés temporaires. » et donc L1251-23 : les salariés temporaires ne doivent pas supporter la charge financière des équipements de protection individuelle.

De plus l'agence envoie les intérimaires faire leurs achats chez un « partenaire » ...Mais de qui peut venir cette consigne ?
De surcout, il paraîtrait que certains intérimaires aient payés sans pour autant être délégués !

La CGT, dès qu'elle a eu connaissance de cet abus, a contacté la direction pour faire cesser ces pratiques illégales !
Si vous aussi vous êtes confrontés à ce type de soucis, prévenez-nous, nous agirons sans attendre !

Publié le vendredi 17 avril 2015

Le syndicat CGT Adecco recommande la lecture de cet ouvrage!

couv versoINTERIM, l’esclavage moderne ?

391 pages. Format : 14,8x21 cm

Comment acquérir ce livre :

   -   Chez votre libraire, en indiquant le numéro ISBN : 9782951223936

   -   Auprès des Editions d’Anglon 735, route de Jarcieu. 26210 Lapeyrouse. Prix 18 €. Port gratuit.

 

 

A découvrir...

les perles de vos représentants du personnel...

Notre Newsletter



Joomla Extensions powered by Joobi

Permanence CGT

 

Une question à poser ?
Contactez vos élus CGT

par téléphone

 

Du lundi au vendredi 9h - 17h

 

Benjamin au 07 64 49 80 23 

 


 

Photothèque

Suivez-nous...